Bel Ami / Pretty Man [Pilote – Corée]

bel ami

Bel Ami, nouveau drama de KBS, s’inspire du manhwa Pretty Boy, et du fameux roman réaliste de Maupassant. Ne recherchez pas ici la complexité de l’œuvre originale : tout au plus retiendra-t-on qu’il s’agit de l’ascension d’un homme dans les hautes sphères, grâce à son pouvoir de séduction.

jang geun suk

Et le premier épisode, à vrai dire, a bien failli m’empêcher de voir la suite. Souffrant d’un sérieux problème d’équilibrage envers son audience, le drama passe son temps à nous montrer Jang Geun Suk sous toutes ses coutures. Si vous ne l’aviez pas compris les 324 premières fois, on vous le répètera quand même : son personnage est un séducteur né, qui les fait toutes tomber, de l’école au commissariat. En flirtant avec de riches jeunes femmes, il obtient tout ce qu’il veut : maison, voiture de sport… Au début, on s’amuse de l’attitude hystérique des jeunes femmes et de l’indifférence du héros, et puis on s’en lasse très vite. Les flashbacks n’apportent pas grand chose, et on se demande ce qu’on vient de regarder.

jang geun suk bel ami

Fort heureusement, plus on avance dans le récit, plus le constat se nuance. Notre héros a beau user de son charme, c’est aussi un gamin immature, qui veut ce qu’il ne peut pas avoir (une femme mystérieuse qui lui résiste) ou qui cache ses faiblesses tant qu’il peut. Ouf.

Et puis, surtout, on va comprendre que notre héros est le fils bâtard du président d’un riche conglomérat. Avant de mourir, sa mère, hélas, n’aura pas pu lui donner son « mot de passe » lui permettant de faire reconnaître ses droits. C’est cette jeune femme mystérieuse qui l’a obtenu à sa place, et qui compte utiliser notre héros pour parvenir à ses fins : se venger de la vice-présidente du groupe, autrefois sa belle-mère.

Notre héros va donc devoir franchir l’obstacle de la vice-présidente, et pour cela, il lui faut devenir suffisamment riche et influent. Le but est de voir si ses capacités de séducteur vont pouvoir lui servir à gagner encore plus d’argent. Pour le moment, il démarre avec des milliers de chaussettes invendues.. Ça risque de prendre du temps !

iu bel ami

Alors, Bel-Ami, une sombre histoire de vengeance ? Pas vraiment, puisque se rajoute à ce scénario notre héroïne Kim Bo Tong (IU, Lee Soon Shin is the best), une fille éperdument amoureuse du héros à cause de son look et qui a du mal à surmonter ses pulsions, même à 26 ans. Imaginez un peu : lorsqu’elle voit la brosse à dents du héros, elle l’emprunte immédiatement, pensant transformer ce brossage des dents en baiser/échange de fluides. Un peu nunuche ? Il faut dire qu’on a parfois envie de lui dire de réagir, de ne pas se laisser commander/rabrouer par un type qui n’a que faire d’elle. Et puis son obsession de la beauté (et de ses codes) est poussée un peu trop loin pour faire rire (on aura vu plus drôle qu’une héroïne s’imaginant vieillir et prendre du poids comme sa mère et qui décide de s’enrouler dans du film alimentaire). Heureusement comme elle connaît notre héros depuis longtemps, Kim Bo Tong n’est pas entièrement dupe. Elle sait qu’elle l’essaye de l’acheter, de le corrompre. Elle connaît son caractère. Bref, c’est la fille de l’ombre, désespérément amoureuse du « mauvais » garçon. Et dès le départ, on voit que ces deux là se comprennent mutuellement à travers leurs jeux. C’est ce point de vue là qui rend toute la future relation intéressante.

jang geun suk iu bel ami

Cette partie comédie romantique fonctionne surtout grâce au charme de ses interprètes. IU et Jang Geun Suk sont parfaitement à l’aise dans leurs registres, malgré leurs excentricités vestimentaires et capillaires. Mais en deux épisodes, ce couple n’a que peu de temps d’antenne pour imposer leurs marques. Le récit s’aventure sur beaucoup de terrain, y compris le drame, le mystère, la vengeance, l’humour (on soulignera au passage l’intervention hilarante d’une voyante technophile et numérologue qui utilise l’électricité pour ses clients). Mais cette dispersion n’est pas préjudiciable. Stimulant et renouvelant l’intérêt en permanence, ce procédé a surtout le bon goût de rester cohérent au niveau du ton. On ne tombe pas dans le gag tarte à la crème, ni dans les larmes qui mettent une demi heure à sécher.

bel ami gag

Soulignons aussi la bande son qui ne fait aucune faute de goût. Elle accompagne parfaitement le récit sans en faire de trop, chose qui malheureusement n’est plus aussi fréquente de nos jours. Au niveau de la réalisation, hélas, c’est tout juste correct. N’espérez pas quelques plans astucieux pour donner du rythme ou une émotion supplémentaire.

Bref, à tous points de vue, le projet semble millimétré, sous-pesé. Il faudra juste résister à un premier épisode un brin répétitif et irritant et passer outre une héroïne un peu trop passive pour commencer à prendre du plaisir au visionnage. Malgré son côté patchwork, et usé, la recette reste savoureuse, et c’est bien là l’essentiel. En espérant que le drama continue de progresser comme il l’a fait entre les deux premiers épisodes…

feu_vert3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s