Bilan de semaine 20

Petite semaine américaine, la plupart des séries n’arrivant pas à redémarrer de nouvelles intrigues (Arrow, Nashville, et The Walking Dead notamment). Heureusement, les séries britanniques relèvent le niveau !

Arrow 1.14 Où sont le tonneau de goudron et les plumes ? Je pensais vraiment que la série allait enfin prendre un tournant. Mais non, sur l’île nous avons toujours des va-et-vient inutiles autour de Yao Fei tandis que dans le présent, Oliver renonce une fois de plus à malmener sa mère – qui possède pourtant une partie de la solution. Bref, on continue de tirer sur la corde… en attendant le season finale ? Pas sûr que je tienne.

Bunheads 1.16 La série n’est certes pas aussi hilarante qu’à sa reprise, mais les relents de Gilmore Girls sont toujours aussi appréciables (merci les réunions des habitants qui adorent se mêler de tout). Avec un peu plus de créativité dans le scénario et un peu moins de gimmicks, la série pourrait redécoller.

call the midwife 204

Call the midwife 2.04 Superbe épisode sur la différence, extrêmement touchant. L’acceptation d’un bébé handicapé est une thématique lourde, et je suis content que l’épisode ait pris le temps de voir les difficultés du couple. De très belle phrases aussi, disséminées ici et là, sur le foyer qui n’en est pas un, ou sur la vie qui par définition est remplie d »espoir. J’ai également adoré ce qui se passe avec la secrète Jane, non seulement pour comprendre son comportement (les scénaristes ont eu l’intelligence de ne pas dévoiler sa vérité dès son arrivée), mais surtout parce qu’elle est capable d’apporter bien d’autres choses que l’éternelle culpabilité de notre personnage principal. Vraiment, ravi par cet épisode, l’un des plus beaux de la série.

Dancing on the edge 1.03 Mon enthousiasme retombe un peu. La faute à cet épisode qui ne fait strictement rien avancer pendant une demi-heure. Heureusement on a droit à un nouveau coup d’éclat contre les racistes de tous poils, mais cela est bien peu, d’autant que les numéros musicaux sont quasiment inexistants. Dommage…

Elementary 1.16 Bof. C’est le premier épisode de la série que je trouve extrêmement prévisible dans son intrigue. C’était pourtant sympa de vouloir développer un peu plus Bell, et de voir Watson se « venger » de Sherlock, mais cela ne suffit pas pour rehausser le niveau. A oublier.

Girls 2.05 Le but de l’épisode était de montrer qu’Hannah ne pouvait pas être heureuse parce qu’elle sent que personne ne peut la comprendre (entre autres choses son tiraillement entre le conformisme et le non-conformisme, son besoin de faire des choses absurdes pour vivre, alors qu’en même temps elle veut aussi une vie rangée). Mais c’est extrêmement prétentieux… redondant, et ennuyeux. On aura d’ailleurs compris assez rapidement le second degré de lecture : cette problématique touche profondément Lena Dunham, qui a sans doute un besoin de penser qu’elle peut être attirante malgré un physique ordinaire (qui en doutait ?), réflexion extrêmement conformiste pour le coup, alors qu’elle se targue d’être anticonformiste ! On sent chez elle une pression énorme… attention au melon. Au moins l’épisode veut faire réfléchir, ce qui est déjà mieux que certains épisodes délirants.

Grey’s Anatomy 9.15 C’est donc confirmé, la série vire au n’importe quoi.Non seulement nous avons un gros problème de crédibilité, mais nous avons également un problème d’intrigues. La philanthropie passait déjà mal du temps du fameux service pour personnes démunies, mais là on touche le fond. Il se rajoute une forme d’arrogance qui place tout discours à côté de la plaque. Nos médecins sont les meilleurs, ils sont les seuls à savoir comment diriger un hôpital, même s’ils n’ont aucune connaissance du métier.  L’astuce qui consiste à passer par une agence intermédiaire ne trompera personne. Ça dégouline tellement de prétention que ça file la nausée. Non, tout ne s’achète pas. Et apparemment la remise en question c’est pas pour maintenant non plus. J’espère qu’ils vont vite changer leur couplet idéaliste, parce que je n’en peux plus.

my mad fat diary 105

My Mad fat diary 1.05 Wow. J’ai adoré cet épisode, parce qu’il traite intelligemment des dilemmes adolescents. Se sortir de l’anorexie ou de la boulimie est un chemin ardu, et le point de vue des deux personnages était vraiment bien vu. C’était particulièrement touchant, et le show continue malgré tout à être drôle. Un grand, très grand bravo.

Nashville 1.13 C’est un peu dommage de voir le personnage d’Hayden Panettiere reprendre le melon aussi brusquement. Si je comprends les raisons scénaristiques, sa volte-face est un poil trop sévère vu l’épisode précédent. Mais après tout, ça démontre aussi que le personnage reste encore immature, et ça c’est plutôt intéressant. Le problème c’est que tous les twists de l’épisode sont prévisibles et assez rageants (ce qu’apprend la fille de Rayna, le revolver du frère de Gunnar, …). Ça présage le démarrage d’intrigues très décevantes. Reste la petite chanson entre Gunnar et Scarlett ainsi que leur complicité qui fait plaisir à voir.

Once upon a time 2.13 Ok l’aventure était prévisible et linéaire, mais ça fait plaisir de revoir certaines caractéristiques de la série, et en l’occurrence la découverte de l’identité des personnages (« Tiny », Jack) sans compter le clin d’œil à Lost. Bref, c’était sympa, et déjà mieux qu’une grande majorité d’épisodes cette saison.

The Americans 1.03 Je suis surpris, j’ai aimé l’épisode qui bénéficie d’une bien meilleure écriture. Sans doute parce que pour une fois nos personnages parlent à cœur ouvert, permettant de clarifier une bonne fois pour toutes la situation du couple. Les épisodes précédents permettaient des errances psychologiques peu compréhensibles, et j’espère maintenant que le show va pouvoir redémarrer de façon plus cohérente. Redémarrage, c’est le mot, puisque le show en profite pour changer le boss du KGB. Et si le twist final est prévisible, il a au moins le mérite de démontrer que la noirceur fait partie du show. J espère la même chose du côté du FBI, histoire d’équilibrer un récit qui risque de devenir trop manichéen.

The Big Bang Theory 6.16 Joli épisode de Saint Valentin. J’aime de plus en plus la relation Amy/Sheldon, c’est finement joué (pauvre Amy, elle se fait toujours avoir !). La scène de ménage au repas était également bien vue, même si elle aurait gagné à être plus drôle et plus imprévisible. C’est plutôt de côté de Raj’ qu’il va falloir trouver des intrigues plus intéressantes. Et j’espère que l’actrice de Raising Hope va rester un petit moment.

The Walking Dead 3.09 Bof. La remise en route est extrêmement laborieuse une fois la tension retombée, de manière maladroite qui plus est. En plus le coup des hallucinations, on y a déjà eu droit, je ne vois pas trop l’intérêt de recommencer. On peut aussi s’interroger sur le comportement du gouverneur qui veut maintenant laisser partir tout le monde ! Sans compter Daryl qui abandonne sa copine pour partir avec Merle « parce qu’il l’a déjà abandonné une fois ». Je suis très déçu par ce nouveau tournant. A se demander si on a pas envie de faire du surplace encore plus longtemps… Les quelques scènes « psychologiques » s’apparentent là aussi à du remplissage, ce n’est pas très rassurant.

Touch 2.03 Mes craintes sont confirmées. Tout tourne autour de la recherche d’Amélia, avec en prime un tueur et Astera Corps aux trousses. Bref, Touch est devenue une série policière où les journalistes trouvent une information en même temps qu’ils posent une question, et où notre héros devient Jack Bauer , un pro du révolver, alors que c’était un homme « normal » en saison 1. Heureusement, on a quand même droit à un puzzle entre les différents personnages, et dans différents lieux, mais la série n’est plus la même. Une toute dernière chance la semaine prochaine ?

2 Broke Girls 2.16 Mouais. On aura compris que l’épisode était entièrement monté autour de la participation d’un rappeur. Les scènes sont vides, et on s’ennuie ferme.

utopia 105

Utopia 1.05 Wow. La série continue de surprendre. Je pense qu’elle doit être adorée des altermondialistes, en détournant cette fameuse théorie de la décroissance. Le puzzle est maintenant bouclé, et ce sont les personnages qui font leurs choix, en toute connaissance de cause. J’aime le fait qu’il n’y a pas de véritable héros, qu’ils sont tous tiraillés par leurs propres intérêts. Une magnifique leçon en tous cas. Si le final est à la hauteur, on tient une vraie série culte (même si le mot est galvaudé de nos jours).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s