Bilan de semaine 17

Arrow 1.11 J’espérais tant que Théa apprenne enfin une partie de la vérité, mais non les scénaristes préfèrent la cantonner dans un cliché adolescent…. Et une fois encore le bad guy à éliminer avait une histoire tout sauf passionnante. Reste la dernière scène sur l’île, qui n’en dit pas plus, mais réserve au moins une surprise. La série s’enfonce depuis la reprise…et peine à instaurer une mythologie décente, se contentant de tirer le plus possible sur la corde.

bunheads113

Bunheads 1.13 Je crois que je ne me lasserai jamais de ces dialogues truculents, et de ces innombrables références à la pop-culture. Seinfeld, The Wire, « Stringer Bell did it, right ? »… La cerise sur le gâteau, c’est que Liza Weil est toujours là, et j’espère pour un bon bout de temps. Et une fois de plus j’ai vraiment apprécié les numéros de danse (pauvre Sasha). J’aime les séries qui vous font passer du rire aux larmes en quelques secondes… Encore une fois, de loin le meilleur moment de la semaine. J’ai l’impression d’avoir quinze ans de moins quand je regarde la série. Miraculeux.

call the midwife 201

Call the Midwife 2.01 La série n’a pas bougé d’un iota, et tant mieux. Ce qui m’a le plus plu dans l’épisode est comment on voit le progrès médical se généraliser, avec l’apparition du protoxyde d’azote pour soulager les femmes en train d’accoucher. Oui, j’ai toujours un faible pour l’histoire de la médecine. L’épisode pointe du doigt une fois de plus la condition des femmes, qu’elles soient maltraitées ou abusées, et on bondit souvent de son siège en se demandant pourquoi les services sociaux n’interviennent pas plus tôt. Nous sommes habitués aux fictions modernes où nos héros dénoncent ce qu’ils découvrent, et les mœurs de l’époque (qui laissent autant de marges de manœuvres à l’homme) nous bousculent et nous révoltent…

girls 202

Girls 2.02 Autant l’épisode précédent était décevant, autant celui-là est un vrai festival. J’aime quand la série porte un regard critique sur ce qu’elle est, et notamment quand les personnages ne veulent pas reconnaître leurs propres préjugés. Hannah était en état de grâce, tellement intolérante, égo-centrée et se croyant au-dessus des autres qu’elle ne peut concevoir qu’il existe des personnes intéressantes n’ayant pas les mêmes idées qu’elles (ça me rappelle un peu ce qui se passe en France depuis quelques années, on a atteint le paroxysme de la bien-pensance, un comble pour le pays de Descartes). Alors ok, l’un est républicain et l’autre fou, et cela a donné beaucoup de séquences très drôles, mais il y avait un message derrière tout ça. Pourvu que ça dure.

Go On 1.14 Sympathique. Je ne suis pas sûr que Piper Perabo serve à quelque chose, mais au moins on voit nos personnages avancer. Et puis certains gags ont plutôt bien fonctionné chez moi, même si les dialogues restent encore en retrait. Je crains malheureusement que la série n’arrivera jamais à décoller de son statut « sympathique, au mieux ».

Grey’s Anatomy 9.12 Les histoires médicales étaient plutôt tendues, et je trouve que c’est plutôt bon signe quand les auteurs se rappellent qu’ils ont une série médicale sous le bras. En revanche, les effets spéciaux sur la jambe n’étaient pas du meilleur goût, limite racoleur. J’ai moins aimé aussi les habituelles blagues sur les hormones des femmes enceintes, les gags étant bien trop forcés pour être drôles. Bon, et sinon, quand nos gentils médecins rescapés et millionnaires vont-ils donner leur argent pour sauver les urgences ?

Last Resort 1.13 Tout ça pour ça. Pas de procès, pas d’allusions sur la politique menée par le méchant président et sur ses conséquences, rien. Il suffisait de le tuer pour régler le problème, évidemment. Pas un mot sur les habitants de l’île, sur leur sort (tant que les héros américains reviennent chez eux, c’est l’essentiel hein). Le bad guy du sous-marin est monté de toutes pièces et se fait tuer de la manière la plus stupide qui soit, en avertissant son adversaire qu’il est là. Même la scène finale sur la folie supposée du capitaine n’a pas atteint son but. Heureusement, l’épisode avait ses twists et a réussi à faire monter la pression. Mais j’espérais bien mieux, malgré la fin prématurée de la série. Si c’était ça la vision de la série, alors effectivement, le pilote est l’un des plus gros mensonges télévisuels de ces dernières années. Shame on you, Shawn Ryan.

my mad fat diary 102

My mad fat diary 1.02 C’est toujours très bien écrit. Drôle, incisif, tendre, émouvant, c’est juste un peu dommage que les twists du scénario sont un peu trop prévisibles, mais voilà une série qui empoche tout grâce à sa personnalité. Vivement la suite.

nashville 111 clare bowen

Nashville 1.11 Beaucoup aimé. Je crois que l’épisode est la démonstration parfaite non pas de la profondeur des personnages (qui répondent à des lois de soap plutôt basiques), mais de leur équilibre moral. Ça fait du bien d’avoir des personnages dont les motivations sont compréhensibles, parce qu’on prend le temps d’explorer leurs ressentis. Et mine de rien, c’est plutôt rare de nos jours à la télé américaine. Et rien que pour contrer mes arguments, j’ai décidé de les illustrer par le seul personnage « simplet » (mais ravissant) de la série.

Nikita 3.08 La tournure des évènements me plait beaucoup. Après nous avoir assommé avec des missions sans intérêt, et sans arriver à nous redonner des enjeux dans un échiquier devenu bien trop simple, les auteurs tentent la carte du développement des personnages, et je dois dire que ça fonctionne plutôt bien. J’espère qu’on en est qu’au début et que cela va se compliquer davantage…

Once upon a time 2.12 Pas mal du tout. Même si je n’accroche pas vraiment à l’histoire de Frankenstein, j’ai aimé le fait que la série reprenne ses fondamentaux, et ne passe plus son temps à combattre de nouveaux monstres. Ici, on ne parle que de personnes, de leur interaction avec le passé, et c’est tant mieux. Je croise les doigts pour que ça continue ainsi.

Parenthood 4.15 Comme tous les season finale ou presque, Parenthood finit sur une note optimiste, et comme toujours, j’ai un peu de mal avec cette précipitation. Un peu de mal seulement, parce qu’on a quand même eu de beaux moments. Un regret toutefois, le personnage de Sarah commence à devenir antipathique, et c’est un vrai problème. Je crois que le rejet de Jason Ritter a été la goutte d’eau…  J’aurai aussi du mal à dire adieu à la copine de Drew, je crois. Il y avait peut-être encore des choses à explorer de ce côté. Mais au final, on finit sur une très bonne saison, riche en émotion. En espérant qu’il y en aura d’autres, hein NBC ?

Raising hope 3.13 Bof. Ils ont essayé d’utiliser le côté creepy de Frank, mais ils n’ont pas osé aller au bout de leurs idées. Ce que voulait faire Frank avec Jimmy était loin d’être drôle. Dommage.

the Mindy Project 1.12 Le soufflet est retombé. Voilà encore un épisode centré sur l’héroïne, absolument pas drôle alors qu’elle en fait des tonnes dans le registre du malaise. A oublier très vite.

Two Broke Girls 2.14 Pas mal du tout. C’était assez drôle, même si la rupture avec Ryan Hansen n’en finit plus (étrange storyline), et qu’on nous avait déjà fait le coup des objets cachés dans les cupcakes. Il va falloir avoir un peu plus d’imagination. Mais une fois encore la complicité entre les actrices et certains dialogues ravivent le tout.

White collar 4.11 Mouais. La reprise est vraiment conventionnelle, et les secrets révélés n’apportent pas grand chose à la construction du personnage de Neal. Je n’avais pas vraiment envie de reprendre car la série tourne en rond, et c’est pas avec cet épisode que je vais être convaincu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s