Bilan de semaine 14

Dexter 7.12 Bon l’issue finale était prévisible (c’était même l’évidence pour Deb’), mais on a quand même eu quelques bons twists d’ici là, je pensais pas que l’arrestation de Dexter avait pour but de piéger Laguerta. Et puis il y a plusieurs bonnes choses qui montrent l’évolution de la série : d’abord, elle ne liquide plus ses personnages qui peuvent encore servir à quelque chose (merci hannah), et surtout Dexter se rend compte qu’il n’a plus de code désormais, il est juste un meurtrier parmi tant d’autres. Il était temps que la série en finisse avec ce pseudo-code qui n’était qu’une illusion scénaristique depuis le début de la série, et qui m’avait déjà énervé à cause de sa fausse moralité dégoulinante. Maintenant la série doit finir en beauté. Et bizarrement, j’ai confiance.

Homeland 2.12 La première partie de l’épisode était ennuyeuse à mourir. J’avais déjà beaucoup de mal à avaler le couple Carrie/Bordy, pas besoin de nous faire croire à un happy end pendant autant de temps. Mais ce que j’ai le plus détesté, c’est le revirement de Quinn, qui subitement ne veut plus abattre Brody parce qu’il n’est pas un bad guy (!). Évidemment Brody ne pouvait pas mourir, mais je pensais pas qu’ils oseraient nous pondre un truc pareil, digne des pires épisodes de 24. Heureusement, le show s’est repris et a redistribué les cartes en faisant de Brody un fugitif et de Carrie un agent double, avec Saul aux commandes. Et là, je dis banco !

2 Broke Girls 2.12 J’ai toujours eu du mal avec les séries qui utilisent les effets psychotropes des drogues pour faire rire. Alors que quand cet épisode a lorgné du côté de Weeds, je ne me suis pas vraiment senti à l’aise. Heureusement le discours de Caroline est venu rééquilibrer un peu certaines scènes. Et puis il y avait un côté touchant à la déclaration de Han. Il ne faut pas oublier le sujet de la série, et se serrer les coudes !  Ouf !

Borgen 2.09-2.10 Ah, mais non !!! Pourquoi vouloir un happy-end utopique où subitement tout s’arrange : pour les auteurs, si la fille de la premier ministre est malade, celle-ci ne doit pas culpabiliser car ce n’est pas à cause de son boulot (alors pourquoi a-t-elle pris congé finalement ?). Ensuite son ex-mari veut revenir auprès d’elle (sans aucune justification valable autre que… la culpabilité !!! On croit rêver)… Et elle peut revenir aux affaires comme ça, sans soucis, un mois après avoir pris « congé »… Après avoir traité d’autant de problématiques, certes avec une pointe d’idéalisme, on tombe carrément dans bisounoursland, là. Sans compter la contre-argumentation fallacieuse sur l’hypocrisie de ses prises de position. Ainsi, le raisonnement des auteurs est pour le moins bizarre : parce qu’elle a une fille (et qu’en tant que mère elle veut le meilleur pour ses enfants), elle a non seulement le droit de profiter du système que politiquement elle désapprouve mais en plus il ne faut surtout pas que ça se sache ? Le « faites ce que je dis pas ce que je fais », sous couvert du « je veux le meilleur pour mes enfants » est pour le moins révoltant (C’est sans doute avec ce genre de raisonnement que l’on peut comprendre pourquoi tous ceux qui critiquaient la réforme de la carte scolaire sont ceux qui ont placé tous leurs enfants dans les écoles privées élitistes parisiennes ?) Bref, je suis très déçu de voir que pour faire passer leurs idées, les scénaristes en viennent à tordre la réalité qu’ils avaient construite jusque là. Les auteurs nous laissaient miroiter une fiction plus réaliste sur la difficulté de conjuguer travail et vie privée, avec une héroïne qui renonçait peu à peu à ses idéaux pour un pragmatisme plus « froid ». Ils ont choisi de faire sombrer la série au lieu de l’assombrir.

Les revenants 1.07-.08 season finale Il n’était pas forcément évident de clôturer la série avec autant de pistes, et c’est presque dommage que la série se soit engagée sur un chemin plus mystique, où chacun semble avoir compris d’un seul coup ce qui se passe, et la réunion à la main tendue était un peu précipitée. En revanche l’ambiance y a encore gagné, et malgré le tour de passe-passe scénaristique, la tension était présente jusqu’à la fin. Bravo, tout simplement.

A noter :

J’ai stoppé le visionnage de Don’t trust the bitch in apartment 23, d’où son absence cette semaine. Quand une série disparait malencontreusement de votre planning sans que vous y prêtiez attention, c’est qu’il est temps d’arrêter !

La semaine prochaine : pas de bilan hebdomadaire pour cause de fêtes de fin d’année. Les critiques de l’actualité américaine reprendront soit le 6 soit le 13 Janvier, vu le faible nombre d’épisodes diffusés pendant cette période.

Je n’ai pas encore suffisamment écrit mon bilan de fin d’année (hélas !). J’espérais regarder encore quelques séries et il me faut choisir entre la rédaction de ce que j’ai vu ou bien continuer mes visionnages, ce qui n’est pas un choix facile vu le peu de temps qu’il reste. Donc soit je le publie avant 2013, soit pour le début de la nouvelle année. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s