American Horror Story [Pilote]

La voilà donc la nouvelle série de Ryan Murphy (Glee, Nip/Tuck), parti chercher un peu de liberté artistique sur FX. Et comment dire ? Le résultat, comme toujours avec lui, est … déconcertant.

Une série d’horreur. C’est bien ce qu’il tente de nous vendre. Attendez vous plutôt à une série maltraitée par sa psychose et son mauvais goût. Vous allez me dire que c’est normal qu’une série d’horreur soit malsaine. Sauf qu’elle n’est pas malsaine, elle n’entretient aucun frisson, n’écœure pas le téléspectateur, elle est le plus souvent inerte et prévisible, avec au moins 90 % de scènes qui ne fonctionnent pas, la faute à une réalisation d’une laideur peu commune, un peu comme si ça avait été fait par un étudiant qui cherchait à placer tous les effets disponibles au lieu de donner à sa série une identité propre. Et encore, je suis gentil.

Mais le problème ne réside pas seulement dans la réalisation : American Horror Story est un véritable catalogue de tous les clichés disponibles sur la thématique : maison hantée, cave hantée, tableaux effrayants, bocaux de formol, visages brûlés, œil de verre, rouquins, trisomique, chuchotements, incendies, monstre, chien égorgé, apparition de fantômes, personnages ayant des apparences différentes, … Et après avoir vainement tenté de nous effrayer avec tout ça, Ryan Murphy rajoute sa touche personnelle sur les déviances sexuelles : costumes sado-maso au grenier, masturbations… Et croyez moi quand vous aurez vu Dylan Mc Dermott pleurer après avoir assouvi son plaisir, vous aurez compris le degré artistique et la profondeur psychologique de ce … truc.

Il reste au fond une seule chose qui peut sauver ce pilote : l’impression d’avoir un puzzle, un mystère qu’il nous faudra résoudre en luttant contre l’endormissement. Bon, c’est mal barré, puisque sur cette thématique Ryan Murphy peut s’en donner à cœur joie et pourra toujours prétendre nous faire le remake de Shining si on lui pointe ses délires. Mais Murphy n’est pas Kubrick, il ne sait pas raconter des histoires, et mettre en place une ambiance, il ne sait que mettre bout à bout des effets.

3 réflexions sur “American Horror Story [Pilote]

  1. « Et croyez moi quand vous aurez vu Dylan Mc Dermott pleurer après avoir assouvi son plaisir, vous aurez compris le degré artistique et la profondeur psychologique de ce … truc. »

    A priori, le nom de Ryan Murphy me faisait déjà fuir (pas ma tasse de thé), mais me voilà au moins complètement guérie de la brève pensée qui a pu me traverser de lancer ce pilote. Merci !

  2. Ce pilot m’a laissé une impression bizarre ! Je suis assez fan des films d’horreur depuis toujours mais sous forme de série je trouve ca d’ores et déjà bancal… Je ne pense pas que cela puisse tenir sur une saison voire plus…
    Je me souviens de la cata Kingdom Hospital (pourtant j’avais la foi) !
    Je suis un peu dégoutée car le casting était sacrément alléchant : Dylan McDermott *_* Connie Britton, Jessica Lange, Frances Conroy…
    Je vais poursuivre car je suis curieuse mais ce n’est clairement pas un coup d’éclat !
    Ce qui m’a le plus agacé c’est l’espèce d’effet de l’image qui se coupe et qui revient comme s’il y avait eu un bug… Ca peut marcher dans les films d’horreur au moment propice mais là ca ne sert strictement à rien !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s