Terra Nova [Pilote]

Vous ne pourrez pas y échapper. La série-évènement de la rentrée est produite par Spielberg, et vous propose de revisiter l’un des thèmes chers au réalisateur : une aventure familiale… avec des dinosaures.

Et tout dans le pilote est respecté à la lettre, jusqu’à l’écœurement. Décidément la rentrée est placée sous le signe du divertissement codifié à l’extrême.

Qui dit production de Spielberg, dit gros moyens. Et la série ne lésine pas pour vous en mettre plein la vue. Les images de synthèses sont tout à fait correctes, et seuls quelques plans d’intégration entre les acteurs et le décor cassent la magie. Que ce soit l’année 2149 ou l’époque des dinosaures, on se sent malheureusement en terre connue. Ne cherchez pas d’innovations sur le plan du design ou des couleurs employées. De même la musique est générique, oubliable, sans personnalité. Ce qui arrive à retenir la rétine, ce sont davantage quelques scènes d’action jouant avec la lumière. Au grand jour, ces grandes bébêtes ne sont pas vraiment impressionnantes, avec ou sans effets de caméra.

Mais pourquoi diable vouloir reprendre une thématique usée jusqu’à la corde, qui ne fonctionne qu’avec des artifices désormais vus et revus ? On peut comprendre la fascination pour les dinosaures, mais il aurait fallu trouver une autre moyen de les mettre en scène que d’exploiter l’éternelle peur des monstres. Et dès le pilote, on a la démonstration que cet univers aura du mal à nous donner autre chose que l’apparition soudaine de griffes acérées. Il n’a tout simplement pas été conçu pour ça, bien qu’il tente de nous démontrer le contraire.

Terra Nova est un divertissement familial, avec une …famille modèle : un flic avec sa femme médecin, deux ados qui découvrent l’amour (l’un rebelle, l’autre la tête dans les chiffres), et une petite fille pour s’attendrir quand elle découvre… la lune préhistorique. Seul personnage à cacher des choses : le chef du camp Terra Nova, un camp militaro-scientifique situé à l’époque des dinosaures, qui offre une nouvelle chance à l’humanité. Pourra-t-on s’en contenter ? D’autant que le bougre est, comme les autres personnages, dénué de charisme et de caractère. A croire que les auteurs n’ont sur que recopier le profil de héros sans peur. (Ça en devient même risible, puisque ce dernier a le temps de faire des monologues quand un dinosaure lui court dessus).

Pour enfoncer le clou, le schéma simpliste qui nous est proposé ne s’adresse pas qu’aux personnages, mais bien au background. En 2149, il n’y a plus d’air pour respirer, et les hommes doivent acheter des masques pour survivre en dehors de leurs appartements oxygénés. Pour parfaire au mythe apocalyptique et écologique, les oranges sont devenues rares, les hommes sont obligés de n’avoir que deux enfants (ce que ne respectera pas notre famille – la norme américaine pour une famille modèle, c’est pas 2, mais 3). Et bien sûr, la vilaine, l’affreuse police va les prendre en flagrant délit, en renversant toutes les tables (des fois qu’un enfant se serait scotché derrière, évidemment, c’est pas du tout pour en faire un cliché sur la brutalité policière, non, non).  Mais ne vous inquiétez pas, le père va s’enfuir de prison et rejoindre à temps sa petite famille pour faire le voyage au pays des dinosaures.

Lorsque démarre enfin ce récit, on s’attend à ce qu’on ait de quoi donner envie de continuer. Passée la découverte des effets spéciaux et des nouveaux personnages du camp, il faut alors placer deux mystères, et revenir sur l’ambivalence bien/mal. Je ne vais pas les décrire ici pour ne pas gâcher l’effet de surprise, mais sachez que justement, tout cela est vraiment peu, très peu. Il va falloir largement développer cette mythologie, car ce sont les seuls éléments qui ont du potentiel. Mais au vu de la caractérisation simpliste des personnages et de l’extrême fainéantise des intrigues, permettez moi d’être pessimiste.

Comme je m’y attendais je ne suis donc pas du tout convaincu par cette série qui ne dépense son budget que dans les effets spéciaux et qui nous offre un récit sans imagination. Reste la thématique fantastique qui se fait malheureusement encore trop rare à la télévision. Mais ça ne suffira pas.

Publicités

Une réflexion sur “Terra Nova [Pilote]

  1. Waouh, ça paie cash le mauvais pilote !!!
    Je regarderai quand même, on ne sait jamais, mais ton avis me fait froid dans le dos. Autant j’ai quand même vu Falling Skies jusqu’à la fin, là, je ne sais pas si j’irais au delà 😦
    Merci 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s