Pan Am [Pilote]

Voilà une petite surprise. Quand j’ai entendu parler du projet d’une série se situant dans les années 60 et retraçant l’épopée de la compagnie aérienne Pan Am, je n’ai pas vraiment bondi de joie. Au fond, quelle idée bizarre. Que pourrait donc apporter un tel récit ?

La réponse n’était pas à chercher du côté de la reconstitution historique, ni du glamour des hôtesses de l’air. Elle était dans ce charme délicieusement désuet, dans ce décalage en termes de réalisation, capable de vous rappeler la bonne humeur qui régnait du temps de la Croisière s’amuse.

Je vous sens rieur. Et pourtant. Ce côté propret, souriant, de nos personnages impeccablement habillés et discutant tous un langage châtié, mis en scène avec une bande originale réussie accompagnant la moindre tension narrative, c’est vraiment quelque chose que je n’attendais pas. C’est léger, aérien (désolé il fallait que la fasse), et c’est en décalage total avec tout ce qu’on a l’habitude de voir désormais, que ce soit au niveau du ton ou des intrigues. Ok, il n’y a pas d’intrigues comiques comme sur le Pacific Princess, mais on veut vous vendre du rêve avec le sourire.

Le gros problème finalement, c’est que passé cet effet rajeunissant, on risque de s’ennuyer ferme pour les prochains épisodes. Car si nos personnages ont tous un passé, il manque un petit quelque chose pour aller au-delà du divertissement occasionnel : Colette a eu une aventure avec un homme marié, Laura s’est enfui de son mariage pour rejoindre sa sœur, qui travaille secrètement pour les services secrets, Maggie… euh… j’ai déjà oublié (Christina Ricci n’a qu’un temps d’antenne très réduit malgré son statut de star) tandis que le capitaine vient de perdre celle avec qui il voulait se fiancer. Pas le temps de caractériser nos personnages, hormis le fait qu’ils doivent tous nous paraitre sympathiques.

Alors bien sûr, par moments la série essaye de compenser en jouant la carte de la reconstitution, et du glamour, mais à l’image de la dernière séquence qui montre les hôtesses balancer leurs mains en marchant vers leur avion, on a parfois du mal à ne pas y voir autre chose que de vieilles publicités. C’est sans doute voulu, mais ce décor de carte postale empêche de crédibiliser les scènes, et du coup l’épisode n’arrive jamais à convaincre dans le registre dramatique. De la même manière qu’on savait que le décor du Love Boat était en carton pâte, le décor de la Pan Am est bien trop clinquant.

En conclusion : pour ceux qui cherchent un divertissement sympathique, agréable et rafraichissant dans cette orgie de shows policiers moroses, Pan Am a l’air de tenir la corde. Pour ma part, je vais peut-être regarder la suite si j’ai du temps libre.

Publicités

2 réflexions sur “Pan Am [Pilote]

  1. C’est bizarre, ce n’est pas une des séries sur laquelle je comptais le plus et puis plouf, tu me laisses dans l’interrogative quant à la commencer quand elle débarquera sur les chaines françaises 😉
    Merci pour cet aperçu.

  2. Je n’ai pas été emballé par ce pilot (ni par le 2nd épisode), j’aime bien Christina Ricci mais pour le moment Pan Am c’est sympa sans plus… C’est un peu trop lisse pour moi…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s