Person of interest [Pilote]

Pas si évident finalement de jauger la nouvelle production signée Jonathan Nolan et JJ Abrams. On pourrait se dire qu’au final cette histoire de justicier souffre de mêmes problèmes que la plupart des séries policières. Mais l’emballage contribue quand même à rendre le tout suffisamment convaincant pour avoir envie de revenir.

Et autant le dire tout de suite, ce coup-ci, l’emballage aura son mot à dire. Si quelques rebondissements sont un peu trop prévisibles, cela est compensé par une très belle mise en scène. On sait ce qui va se passer, mais il y a une certaine dynamique qui contribue à rendre le tout plus soigné. S’agit-il d’esbrouffe dans les scènes d’action ?  Peut-être, mais on y croit par le caractère désespéré du personnage principal. Il n’ a plus de famille, aucun ami, et sans être suicidaire comme dans ce bon vieux Riggs de Lethal Weapon, il arrive à impressionner par sa détermination.

Jim Caviezel est tout simplement parfait dans le rôle de John Reese, oscillant entre les regrets d’un monde qu’il a connu et la ferme intention d’en découdre… pour se faire pardonner de n’avoir pas su sauver celle qu’il aime. Sans son charisme, le show n’aurait pas été possible.

Je dois aussi rendre hommage au sujet post-9/11 car ce qui nous est décrit est suffisamment noir pour avoir envie de se plonger dedans : c’est fini l’Amérique des héros. L’Amérique n’a plus qu’une obsession : empêcher le prochain acte terroriste, en espionnant le peuple tout entier. C’est ainsi que M. Finch (l’excellent Michael Emerson, Lost) a travaillé sur des algorithmes analysant tout signal vidéo, tout e-mail, toute conversation pour déterminer l’ampleur de la menace. Mais ce faisant, il s’est rendu compte qu’il était en train de distinguer les actes terroristes susceptibles de causer de nombreux morts … et la violence ordinaire. Ce sont ces meurtres quotidiens qui font culpabiliser M. Finch et qui le conduisent à demander l’aide de John Reese. Il n’aura réussi qu’ à obtenir un numéro de sécurité sociale des prochaines victimes ou des prochains meurtriers. Il va bien falloir savoir les distinguer.

De ce pitch il en ressort deux intérêts. Le premier, c’est que ce discours paranoïaque mélangeant science fiction et réalité ravira les altermondialistes et conspirationnistes de tous poils. Mais ça va bien au-delà. C’est tordu, bien plus tordu que ce que Jack Bauer (24) s’autorisait pour sauver le monde. Il ne s’agit pas seulement du sacrifice des valeurs pour lutter contre le terrorisme, mais bien d’une critique du patriot act qui ne protège pas la vie d’innocents citoyens contre les dangers quotidiens. Autrement dit, au lieu de chercher un plus grand péril, commençons par éradiquer la criminalité. La démagogie inverse, en quelque sorte. Reste à savoir évidemment si cette idéologie va être explicitée plus avant, ou si la série va parvenir à naviguer entre les eaux. En tous cas, pour le moment à défaut d’avoir une ambiance réellement paranoïaque comme l’était feu Rubicon, le ton de la série est suffisamment sombre et classieux pour avoir envie d’y retourner.

Le deuxième intérêt du pitch, c’est la nature de la personne à surveiller (meurtrière ou victime ?). Malheureusement sur le pilote, le rebondissement était prévisible, et si les prochains épisodes utilisent le même procédé, il y a de quoi tourner les talons. Bref, il s’agit d’un atout à utiliser de façon parcimonieuse.

Au final, malgré une intrigue policière classique, je l’avoue, j’ai été charmé par le ton polémique de la série, l’ambiance noire, la réalisation efficace. De là, la série peut autant se rater et sombrer complètement vers le héros anonyme sauveur des petites gens ou bien réussir à exploiter son sujet et son ambiance. Seuls les prochains épisodes nous le diront. Bref, je suis enthousiaste, mais prudent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s